*
*

*   Rien qu’une porte battante

Quand nous pratiquons zazen, notre esprit suit toujours notre respiration. Quand nous inspirons l’air pénètre dans notre monde intérieur. Quand nous expirons l’air se dégage vers le monde extérieur. Le monde intérieur est sans limites. Le monde extérieur est sans limites. Nous disons « monde intérieur » ou « monde extérieur » mais en réalité il n’y a au total qu’un seul monde. Dans ce monde sans limites notre gorge opère comme une porte battante. L’air entre et sort comme quelqu’un qui rentrerait et sortirait par une porte battante. Si vous pensez : « Je respire », le « Je » est en trop. Il n’y a pas de « Vous » pour dire « Je ». Ce que nous appelons « Je » est une porte battante au moment de l’inspiration et de l’expiration. Elle est juste en mouvement. C’est tout.

      Quand l’esprit a atteint un calme et une pureté suffisants pour ne faire que suivre ce mouvement, il n’y a plus rien : ni « Je », ni monde, ni esprit, ni corps. Rien qu’une porte battante.



Shunryu SUZUKI



posté le 21 / NOVEMBRE / 2017 *précédent suivant*

Dernière mise-à-jour le 24 / FÉVRIER / 2018

Tous les textes dans un PDF: *Hamsa_Blog