*
*

*   Tous les êtres vivants sont mes enfants

Dans le bouddhisme la rencontre entre le « je » et le « tu » peut être comparée à ce qui se passe entre une mère et son enfant.
Pour la mère, prendre soin de son enfant n’implique pas de sacrifice.
Au contraire, dans un don d’amour, elle prend soin de son enfant comme de sa propre vie.

Le Soutra du Lotus dit :
« Les trois monde sont mon bien et tous les êtres vivants sont mes enfants ».
Voici l’esprit fondamental du bouddhisme, et la source de cet esprit n’est rien d’autre que l’apaisement qui précède toutes les distinctions :
ce que l’on trouve en pratiquant zazen.

Ce n’est pas dans un but personnel ou pour devenir célèbre que nous prenons soin des choses,
que nous nous consacrons à notre travail, aimons ceux que nous rencontrons ou manifestons notre intérêt pour les problèmes sociaux.

Je prends soin de ma propre vie, je prends soin du monde comme de ma propre vie,
instant après instant et dans chaque situation, je permets à la fleur de ma vie de s’épanouir.


Kosho UCHIYAMA



posté le 08 / OCTOBRE / 2017 *précédent suivant*

Dernière mise-à-jour le 20 / OCTOBRE / 2018

Tous les textes dans un PDF: *Hamsa_Blog