*
*

*   Le quatre-vingt quatrième problème (fin)

Peut-être même allons-nous pouvoir envisager chaque résistance comme une occasion d'apprendre.
Que la résistance se manifeste par la recherche de distractions, par des rêveries, des fantasmes, des projections ou une fuite dans le sommeil, demandons-nous : qu'est-ce-que c'est ? En réalité cette question est un koan zen, car il est impossible que la réponse vienne d'une réflexion sur la situation ; elle ne peut venir que d'une expérience directe.
En fait, la réponse est l'expérience directe de l'instant présent, et rien d'autre.
Qu'est-ce qui bloque la présence consciente à cet instant ? Prenez une minute maintenant pour être simplement présent.
Soyez conscient de toute forme de résistance à l'idée d'être présent à l'instant.
Essayez de rester dans le ressenti de l'expérience.
Si vous vous en éloignez, revenez au présent et reposez la question.

Quand nous commençons enfin à demeurer dans notre résistance, quand nous commençons à ressentir directement combien nos stratégies de protection et de recherche de confort nous retiennent et nous enferment, quand nous commençons à affronter les choses que nous avons toujours refusé d'affronter, un pont s'élève pour nous mener vers une vie d'authenticité.
C'est alors que les fruits de la pratique – un certain sentiment de liberté, d'ouverture, de gratitude – commencent à se manifester dans la vie quotidienne.
Accepter d'accueillir tout ce qui nous arrive, ne pas repousser ce qui ne nous plaît pas – voilà ce qui signifie dire « oui à la vie ».
Quand nous suivons la voie de la pratique, notre seule option consiste, encore et toujours à accueillir ce qui fait notre vécu parce que la seule alternative serait de nous obstiner à repousser la vie, avec toute la souffrance que cela engendre.




Ezra BAYDA Vivre le zen



posté le 14 / MAI / 2015 *précédent suivant*

Dernière mise-à-jour le 20 / OCTOBRE / 2018

Tous les textes dans un PDF: *Hamsa_Blog