*
*

*   Renoncer joyeusement à la stabilité

Je trouve une sorte de libération à constater que tout est fragile.
Enfin, je peux joyeusement renoncer à la stabilité, à la solidité, pour apprendre à nager dans l’impermanence.
Si je cherche coûte que coûte une terre ferme où m’installer pour toujours, inexorablement je serai déçu.
La première noble vérité du Bouddha rappelle que tout est souffrance et impermanence.
L’expérience commune démontre que, quoi que nous fassions, même si nous sommes dans les dispositions intérieures les plus pures, il y a toujours un truc qui cloche.
Et, comme le dit Bernard Campan : « Le tout est de laisser grincer allégrement ».
Pratiquer la méditation, ce n’est pas s’extraire de ce monde, mais apprendre à cohabiter, à être en paix au milieu des grincements.

Alexandre JOLLIEN, Trois amis en quête de sagesse



posté le 29 / FÉVRIER / 2016 *précédent suivant*

Dernière mise-à-jour le 20 / OCTOBRE / 2018

Tous les textes dans un PDF: *Hamsa_Blog