*
*

*   S’asseoir et s’oublier soi-même

Durant la pratique de zazen, on arrête de vouloir faire ou obtenir quoi que ce soit de particulier ;
on abandonne totalement l’attachement à l’opinion de soi ;
on se laisse simplement porter par la douce caresse de la respiration pour être « un » avec celle-ci ;
on s’applique exclusivement à la pratique de l’immobilité du corps pour finalement s’éveiller un jour de plus à cet état de plénitude parfaite et s’harmoniser avec tout ce qui est.

Hei Do MERIADEC, La marche du silence



posté le 16 / DÉCEMBRE / 2015 *précédent suivant*

Dernière mise-à-jour le 15 / AVRIL / 2018

Tous les textes dans un PDF: *Hamsa_Blog