*
*

*   Le dur et le doux – fin –

Telle est la progression naturelle sur la voie de la pratique. Nous avons besoin de
discipline pour découvrir le pouvoir des jugements et des images mentales que nous
entretenons, et il faut déployer un effort dur pour rester présent à l'inconfort physique que ces
pensées engendrent. Mais nous avons aussi besoin de comprendre l'essence de la douceur
de l'effort : respirer au centre de la poitrine, demeurer dans le frémissement de l'être, puis offrir
de l'espace et de la compassion à nos schémas habituels de lutte. Adoucir des croyances
négatives que nous avons sur nous-mêmes, c'est vraiment comprendre que ces idées ne sont
pas fondamentalement vraies. Tandis que nous apprenons à appliquer cet effort doux sur
l'esprit qui nous juge impitoyablement, tandis que nous apprenons ce que signifie éveiller le
coeur, nous commençons à créer une nouvelle relation, plus spacieuse, avec la vieille blessure
de notre apparente séparation des autres. Ce que nous faisons, c'est apprendre à accueillir et
à accepter l'ensemble de notre être tel qu'il est, sans juger, sélectionner ni rejeter.


Ezra BAYDA Vivre le zen



posté le 15 / JUIN / 2015 *précédent suivant*

Dernière mise-à-jour le 20 / OCTOBRE / 2018

Tous les textes dans un PDF: *Hamsa_Blog