*
*

*   En nous enfermant dans notre tête, nous nous centrons sur nous-même

Nous avons une pratique appelée les paramita . Paramita signifie « avoir
atteint l’autre rive ». Dogen Zenji dit : « L’autre rive est déjà atteinte ». En d’autres
termes, atteindre l’autre rive, signifie réaliser que cette rive est l’autre rive.
C’est pourquoi si il y a un but à notre pratique, c’est de réaliser que cette
rive et l’autre rive sont les mêmes. Le but est de supprimer l’écart, de réaliser qu’il
n’y a qu’une rive, qu’il n’y a qu’une vie. Atteindre est de trop.
En ce sens nous pouvons dire que le but de la pratique est l’absence de but.
Si nous en avons un, alors il y a un problème. Nous érigeons toutes sortes de buts
que nous nous efforçons d’atteindre. Mais ce qui est stupéfiant, c’est que le but est
ici même ! Nous nous enlisons lorsque nous essayons de le comprendre
intellectuellement. Logiquement le point de départ et le lieu d’arrivée doivent être
différents. Cette rive et l’autre rive ne peuvent être identiques.
Comment faire ? Comment pouvons-nous réaliser que l’autre rive est ici
même, en cet instant ? Autrement dit, comment ne faire qu’un avec notre
respiration, avec zazen, avec notre travail, ou avec quoi que ce soit que nous
faisons ? Ne jouez pas avec la compréhension intellectuelle. C’est là la plus grande
source de problème. Malheureusement nous ne sommes habituellement même pas
conscients de verser dans l’intellectualisation. C’est simplement qu’en nous enfermant
dans notre tête, nous nous centrons sur nous-mêmes. Nous faisons que les autres
et nous-mêmes sommes séparés.
Le point le plus important est de vous oublier vous-même. Ce que nous
faisons la plupart du temps c’est exactement le contraire. Nous renforçons le soi.
C’est toujours je fais quelque chose. Lorsque vous vous oubliez vraiment, un
paysage très différent se fait jour devant vous. L’autre rive se tient là où vous vous
tenez.
Comment pratiquer alors ? Lorsque vous comptez vos respirations, comptez
simplement une respiration après l’autre. Bientôt vous oublierez le comptage et
deviendrez le nombre. Lorsque vous pratiquez shikantaza, soyez tout simplement
assis. Lorsque vous faites zazen, soyez vous-même zazen.

Taizan MAEZUMI, Appréciez votre vie



posté le 19 / MAI / 2018 *précédent suivant*

Dernière mise-à-jour le 20 / OCTOBRE / 2018

Tous les textes dans un PDF: *Hamsa_Blog