*
*

*   Accepter d’accueillir ce que la vie nous présente

Quand nous commençons à dépasser cette fabrication que nous appelons « moi » - siège de toute notre détresse émotionnelle -, nous pénétrons dans un espace de conscience plus vaste.
Nous voyons que notre drame émotionnel, si pénible soit-il, n'est qu'un assemblage de pensées, de souvenirs, de sensations.
Ce que nous sommes vraiment, ce qui nous relie au tout, est tellement plus vaste que ce simple corps, que ce simple drame personnel !
S'ouvrir une fois, deux fois, voire une douzaine de fois à cette perspective plus vaste ne signifie pas que nous n'aurons plus de réactions émotionnelles.
Mais ne pas la perdre de vue nous aide à éviter de nous noyer dans nos problèmes aussi vite, aussi intensément ou aussi longtemps qu'auparavant.
Nous commençons à comprendre et même à croire vraiment que « nos problèmes » sont gérables.
Nous découvrons enfin que notre état émotionnel a beau être confus ou douloureux, il ne s'agit que de pensées auxquelles nous sommes attachés, combinées à des sensations physiques fortes ou désagréables.
Tout ce que nous avons besoin de faire c'est d'accepter d'accueillir ce que la vie nous présente.
Quand nous nous autorisons finalement à être avec ce que nous préférerions éviter – autrement dit avec un certain mal-être –, notre prétendu drame devient lui-même la voie vers la liberté.

Ezra BAYDA Vivre le zen



posté le 14 / MAI / 2015 *précédent suivant*

Dernière mise-à-jour le 20 / OCTOBRE / 2018

Tous les textes dans un PDF: *Hamsa_Blog